"Charlotte", le nouveau roman de Foenkinos.

30/10/2014
  • "Charlotte", le nouveau roman de Foenkinos.

    Par Ariadna Triadó.


    Paru en août 2014 chez Gallimard

    220 pages


    « Charlotte a apris à lire son prénom sur une tombe ».
    Voici la première phrase du nouveau livre de Foenkinos, Charlotte, une «composition » à coups de mots, aux personnages victimes d’une « folie douce » , folle et douce comme la propre écriture.

    Charlotte est, effectivement, le nouveau roman de David Foenkinos, auteur de La délicatesse, qui tourne autour de la vie de Charlotte Salomon, une artiste peintre d’origine allemande qui vécut entre 1917 et 1943. Le roman est fondamentalement inspiré par l’ouvrage de Salomon Vie ? Ou théâtre ?, une œuvre d’art complète et cinesthésique formée par quelques centaines de gouaches mélangés à des textes et à de la musique, et qui est « toute sa vie », avec toutes les possibles significations qu’une phrase pareille peut avoir.

    Charlotte est donc une biographie romancée –ou il en est plutôt un chant- de l’artiste peintre, héritière d’une famille tragique et marquée par les suicides, amoureuse d’un amour impossible, fugitive lors du nazisme, et tuée à 26 ans, alors qu’elle était enceinte, à Auschwitz. Un roman où l’on échappe à la mort omniprésente à travers de l’art.

    Charlotte est un roman à la troisième personne, où le je de Foenkinos fait son apparition de temps en temps. Avec des phrases étrangement courtes et des mises à la ligne constantes, ce roman prend un rythme actif, saccadé et rapide pour longer une histoire de souffrances, de tristesses, de haines, de tragédies familiales, de guerre. De folie, d’amour. D’art, aussi, évidemment. Car Foenkinos nous offre, cette fois, une longue liste de phrases simples et superficielles, faussement naïves, où l’on entend des échos d’Echenoz, pour détourner magistralement un pathétisme inhérent à l’histoire et qui serait si profond que l’on ne pourrait jamais en sortir. C’est sa façon à lui, en tant que romancier, de nous rapprocher Charlotte Salomon, et de lui rendre hommage.

    Charlotte est, en guise de conclusion, une biographie romancée, c’est une liste de phrases. Mais c’est plutôt un poème en prose. Charlotte est un chant à Charlotte, et une revendication artistique de sa vie, de son œuvre et de son art. Bref, une petite sucrerie littéraire, plus acide que sucrée, qui nous a fait grand plaisir.

     Acheter


2 comentaris

Cercar entrades

Etiquetes

Últimes entrades

Utilitzem cookies pròpies i de tercers per realitzar anàlisis d'ús i de mesurament de la nostra web. En continuar amb la navegació entenem que s'accepta la nostra política de cookies

Accepto